Accès libre Accès libre  Accès restreint Accès sous abonnement ou avec frais

Un mot fantôme grec ou latin dans la traduction latine d’Oribase : nelanteria et les pommes pourries, ou vicissitudes lexicographiques

Klaus-Dietrich Fischer

Résumé


Résumé. — La traduction latine du livre 2 des Εὐπόριστα d’Oribase, une liste alpha­bétique de substances simples qui remonte en dernière analyse au Περὶ δυνάμεως τῶν ἁπλῶν φαρμάκων de Galien (Kühn, vol. 11-12), présente une rubrique ‘melanteria’ ou (dans deux versions) ‘nelanteria’, absente sous l’une et l’autre forme de l’original grec. Les deux graphies (nelanteria n’est attesté que dans ce seul passage) résultent en réalité d’une ancienne correction erronée, ce qui suggère qu’ ici du moins, les deux versions latines d’Oribase (à savoir Aa et La) dérivent du même texte grec corrompu, source d’une unique traduction latine. Le ThlL (IX, 1, fasc. III) écarte à juste titre nelanteria du vocabulaire latin. Un examen succinct des fautes dans la traduction latine d’Oribase, eup., 2.1 M 21 vient aussi confirmer que les deux versions d’Oribase doivent avoir une origine commune.

Abstract The Latin translations of book 2 of Oribasius’ Euporista, an alphabeti­cal listing of simple drugs deriving ultimately from Galen’s Περὶδυνάμεωςτῶνἁπλῶνφαρμάκων (Kühn vols. 11-12), have an entry on melanteria, or (in two ver­sions) nelanteria, neither of which is present in the Greek original. Both forms (with nelanteria occurring only here) are in fact the result of an early mistaken correction, suggesting that here both Latin versions of Oribasius (i. e. Aa and La) derive from the same faulty Greek text, which gave rise to one Latin translation. In ThlL IX,1 fasc. III nelanteria is correctly excluded from the Latin vocabulary. A brief look at the errors in the Latin translation of Orib. eup. 2.1 M 21 also confirms that both ver­sions of Oribasius must have a common origin.

 

Klaus-Dietrich FISCHER
Institut für Geschichte, Theorie und Ethik
der Medizin der Johannes Gutenberg-Universität Mainz
kdfisch@uni-mainz.de

 

Avec la collaboration d’Anne-Marie DOYEN
Université catholique de Louvain
et Université de Namur
anne-marie.doyen@unamur.be


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




© Société des Études Classiques a.s.b.l. - Rue de Bruxelles 61, B-5000 Namur, Belgique.

La revue bénéficie de l'aide financière du Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS de Belgique et de la Fondation Universitaire de Belgique.