Accès libre Accès libre  Accès restreint Accès sous abonnement ou avec frais

RELATIVES ENCHEVÊTRÉES : PROBLÈMES DE DESCRIPTION

René Amacker

Résumé


Dans la présente étude, j’envisage la description des constructions relatives enchevêtrées essentiellement sous l’angle des rapports de dépendance (de type noyau ~ satellite) qui s’établissent entre la subordonnée et tel ou tel terme de sa principale, tout en supposant par ailleurs que ces rapports – pour utiliser la terminologie de Charles BALLY (1944 [1965], p. 53-75) – peuvent relever de la phrase coordonnée, de la phrase liée ou de la phrase segmentée (qu’avec Henri FREI [1976] je préfère appeler brisée). Mais auparavant, il me faudra préciser comment je considère la relative en général, aux points de vue sémantique et syntaxique.

Sans m’y tenir en tout point, je fonderai mon travail sur cinq textes officiels assez importants : S. C. de Bacanalibus (CIL, I2, 581, de ~189), lex Acilia de repetundis (CIL, I2, 583, de ~122), sententia Minuciorum (CIL, I2, 584, de ~117), lex agraria (CIL, I2, 585, de ~111), lex parieti faciundo (CIL, I2, 698, de ~105), lex Cornelia de XX quaestoribus (CIL, I2, 587, de ~81).

En trois occasions (lex Acilia, lex Cornelia, lex agraria), le texte mutilé de l’inscription a été restitué, dans toute la mesure du possible, par Mommsen, qui s’est fondé sur les incessantes répétitions qui caractérisent ces documents et leurs multiples articles. Bon nombre des exemples les plus intéressants reposent ainsi sur un texte en partie conjectural (les lacunes non comblées y sont signalées par des points de suspension sans crochets) ; néanmoins, le degré d’incertitude qui en résulte concerne moins la construction syntaxique de l’ensemble que de menus détails lexicaux. 


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




© Société des Études Classiques a.s.b.l. - Rue de Bruxelles 61, B-5000 Namur, Belgique.